Newsletter

ChargementChargement


Fortune de France, tome 3 : Paris, ma bonne ville de Robert MERLE

#Fortune de France, tome 3 : Paris, ma bonne ville de #RobertMERLE

#fortunedefrance  @arnaudbarroux

Fortune de France 3 Robert Merle

Résumé :

En vain Pierre de Siorac s’attarde-t-il au ” nid crénelé ” de ses aïeux ou dans le Montpellier de ses études de médecine : un duel le contraint de gagner la capitale pour y demander la grâce du roi. Voici donc Paris en 1572. La faveur du protestant Coligny auprès de Charles IX, ” l’infâme accouplement ” de la catholique Margot avec Henri de Navarre scandalisent l’opinion. La haine entre les deux camps est à son comble. Pierre de Siorac découvre le monde des ruelles, du petit peuple, des ouvrières et des artisans ; et puis le Louvre, les princes, les grandes coquettes “dévergondées”, les soldats et les maîtres d’armes… Jusqu’au terrible matin de la Saint-Barthélemy qui le verra s’échapper de justesse.

Avis ;

Où Robert Merle évoque le 24 août 1572, la Saint Barthélemy, le jour du massacre des protestants par les catholiques à Paris.
Le tome III de Fortune de France voit Siorac, empêtré dans une affaire de duel, aller à Paris demander audience au roi. Mais la tension est à son comble entre les princes catholiques et les chefs protestants lors du mariage de Margot et de Henri de Navarre.

Robert Merle

né en Algérie où son père est officier, vit en France à partir de 1918.

Ancien élève des classes préparatoires (hypokhâgne et khâgne) du lycée Louis-le-Grand, titulaire d’une licence de philosophie, agrégé d’anglais (reçu 1er au concours), Robert Merle consacre sa thèse de doctorat de lettres à Oscar Wilde et devient professeur au lycée de Bordeaux, Marseille puis à Neuilly-sur-Seine où il fait la connaissance de Jean-Paul Sartre, à l’époque professeur de philosophie.

l meurt le 27 mars 2004 dans son domaine de La Malmaison à Grosouvre (78) où il est enterré.

 En 2008, son fils Pierre Merle a publié une volumineuse biographie : Robert Merle. Une vie de passions (Éditions de l’Aube). L’ouvrage montre que la grande saga de Fortune de France (13 tomes), très documentée et très fidèle à l’histoire de France, est aussi, à travers les deux personnages de Pierre de Siorac et de son fils Pierre-Emmanuel, une autobiographie romancée de Robert Merle, un mélange continuel de sa vie réelle et de sa vie rêvée.

 En 2013, “Dernier été à Primerol”, inédit suivi d’une postface de Pierre Merle, paraît aux Édition de Fallois. Ce texte est le premier écrit littéraire de Robert Merle. Il a été rédigé au cours de sa captivité en Allemagne en 1942-1943.

 

Commentaires clos.