Newsletter

ChargementChargement


Et si #Hollande dissolvait …

Et si #Hollande dissolvait …

En cette rentrée noire pour le gouvernement,  croissance nulle, chômage en hausse vertigineuse, déficit supérieur à 4 % du PIB en 2014, matraquage fiscal inefficace, délinquance grandissante, sa constance à vouloir garder le cap devient aux yeux des Français exaspérante.

Dans un climat houleux à gauche, #Hollande n’est pas arrivé à convaincre les siens, bien au contraire, il fâche de plus en plus les frondeurs.

Guidé par un optimisme gainé de naïveté ou d’imprudence, que de maladresses verbales depuis deux ans. Après le changement c’est maintenant, le syntagme Moi Président, l’inversion de la courbe du chômage, le retournement, la crédibilité de Hollande a suivi la courbe inverse de celle des demandeurs d’emploi pour cotoyer des abîmes de popularité jamais atteint par un président en exercice.

Alors que l’économie de tous les pays européens redécolle (Espagne, Portugal, Irlande, Grèce également), tel un apprenti sorcier, notre grand guide français de l’économie s’est employé à différentes recettes peu efficaces et dont la crédibilité peine à rassurer les entrepreneurs et la confiance de nos concitoyens. Des décisions économiques peu efficientes avec le CICE (Crédit d’impôts pour la compétitivité et l’emploi), le choc de simplification, l’accord national interprofessionnel, les plans industriels de Montebourg, le pacte de responsabilité doublé de son volet social, les 50 milliards d’économie dont 11 milliards sur le dos des collectivités et 12 sur la protection sociale. Rien n’y fait, la croissance est toujours atone.

Alors reste à Manuel Valls de « dire la vérité aux Français » en invoquant une rentée difficile, réclamant du temps pour que sa politique « produise des résultats » quelle décision reste-t-il à #Hollande ?

Quels choix politiques s’offrent au président : attendre 2017 que la France entrainée  par l’économie mondiale retrouve le chemin de ma croissance ? Capituler en présentant  une démission non souhaitable espérée par quelques farfelus extrêmes en tout genre ?

Non, en cette rentrée compliquée, le salut ne viendrait-il pas certes d’une sage décision, mais prenant la classe politique à revers, qui marquerait un grand coup politique : rendre la parole au Peuple par la voie de la dissolution.

Commentaires clos.