Newsletter

ChargementChargement


Le Conseil Général "voeux"... 42 fois plus !

Le nouveau Président PS du Conseil Général souhaite réinventer la traditionnelle cérémonie des vœux : cette année, il compte en organiser 42, soit  une par canton.

Jean-Pierre Delaunay, Président du Groupe UMP au Conseil Général, a vite fait le calcul : «  Si, comme l’indique la lettre (adressée par Jérôme Guedj aux Conseillers Généraux), 200 à 300 personnes seront conviées par cérémonie, l’enveloppe pourrait vite s’élever à 250 000  ou 300 000 €. Les années précédentes, c’était autour de 160 000 € ».

Outre le coût et la récupération politique que semble en attendre le PS essonnien en cette période préélectorale, Marianne Duranton, Conseillère du canton de Longjumeau (majorité présidentielle),  dénonce l’utilisation des collèges pour organiser ces cérémonies : quel signe envoyé aux jeunes pour qui leur établissement, lieu de vie et de travail, serait détourné au profit de manifestations festives ?

La fédération UMP de l’Essonne dénonce elle aussi le gaspillage financier du Président du Conseil Général de l’Essonne qui, à l’approche des fêtes de fin d’année, se sent visiblement d’humeur dépensière :

« Alors que la situation internationale nous appelle à la plus grande prudence financière, alors que le gouvernement vient de lancer un deuxième plan de rigueur et que le Premier Ministre annonce le budget le plus rigoureux depuis 1945, alors que les Maires sont de plus en plus sollicités, dernier maillon d’une longue chaine de maillons territoriaux, le Conseil Général de l’Essonne dilapide de l’argent public.

Alors que le Conseil Général n’a de cesse de rappeler les baisses de subventions en raison de la crise, le désengagement de l’Etat, … l’exécutif de gauche démontre aujourd’hui que les cotillons et les paillettes ont bien plus d’importance pour lui que les vraies préoccupations des Essonniens.

C’est le triste constat que l’équipe dirigeante faisait déjà lors des dernières élections cantonales pendant lesquelles le Président du moment avait communiqué contre la réforme des collectivités territoriales pour un coût de 200 000 €.

L’organisation de ces 42 cérémonies reviendrait à trouver 200 000 € dans les poches des Essonniens. La facture serait salée ! »

Enfin, le Code Electoral et la jurisprudence devraient inviter Jérôme Guedj à davantage de prudence car, si une cérémonie de voeux est toujours possible en cette période lorsqu’elle intervient dans le cadre de la vie traditionnelle de la collectivité, il faut surtout faire attention à ce que la manifestation ne diffère pas de l’année précédente et à ce que la pratique, même coutumière, reste raisonnable.

A suivre …..

Commentaires clos.