Newsletter

ChargementChargement


L’accord électoral PS/Verts sur le nucléaire : note salée pour les Français !

L’accord électoral entre le PS et les Verts sur le nucléaire, transactions politiciennes d’un temps révolu, prévoit l’amorce d’une sortie du nucléaire par la fermeture de 24 réacteurs (sur un total de 58) contre l’assurance d’avoir 25 députés en cas de victoire de la gauche. En clair l’accord ressemble à un troc d’ 1 député pour 1 réacteur nucléaire fermé.

Au final, les Français paieront la facture qui prévoit l’abandon de la production de notre industrie nucléaire qui entraînera une explosion de la facture d’électricité, des destructions de milliers d’emplois, l’aggravation du réchauffement climatique et la perte de notre indépendance énergétique.

  • Fermer 24 réacteurs nucléaires équivaut à 50 % de hausse de la facture d’électricité et le passage de 75 % à 50 % de nucléaire coûterait 250 Mds€.
  • Fermer 24 réacteurs nucléaires c’est acter un gigantesque plan social  par la suppression de 400 000 emplois directs et indirects. ( 1 député vert = 16 00 emplois détruits).
  • Fermer 24 réacteurs nucléaires ou fragiliser l’une de nos filières industrielles d’excellence de production d‘électricité et également de tout un secteur de recherche qui a des  applications dans de nombreux domaines comme la santé par exemple.
  • Fermer 24 réacteurs nucléaires : c’est augmenter le réchauffement climatique. Les énergies renouvelables ne compenseront pas l’arrêt de la filière et nous devrons racheter fioul et charbon pour couvrir nos besoins en électricité augmentant de facto le rejet de CO2 et de près de 50 % les gaz à effets de serre.
  • Pour remplacer 58 réacteurs, il faut installer 100 000 éoliennes (2.5 par commune) soit multiplié par 60 le parc actuel.
  • Fermer 24 réacteurs nucléaires, c’est renoncer à notre indépendance énergétique et l’obligation de racheter pour 7 mds€ d’électricité à l’étranger.
  • Un récent rapport sur la sûreté nucléaire en France indique clairement qu’aucune fermeture de réacteur français ne s’impose car aucun réacteur ne présente de risque majeur pour notre sécurité.

Aussi, renoncer à l’un de nos fondamentaux de notre indépendance et faire primer les calculs politiciens sur l’intérêt général, c’est le retour au cynisme et à l’idéologie.

Commentaires clos.