Newsletter

ChargementChargement


Emploi, économie et insertion : promouvoir l’emploi et l’activité en Essonne et sur notre Canton

L’Essonne a été pendant de nombreuses années l’un des départements d’Ile-de-France où le chômage était le plus bas.
Depuis quelques années, le chômage augmente et les Essonniens ont de plus en plus de difficultés à trouver un emploi.
En 2008, le taux de chômage s’élevait à 5 %.
En 2010, il est de 6,8 %, soit une augmentation d’environ 1 point par an.

Par ailleurs, l’Essonne a été pendant de très nombreuses années un département où le nombre de bénéficiaires du RMI (devenu RSA) était le plus bas.
Désormais, le nombre de bénéficiaires du RSA augmente plus rapidement qu’ailleurs…

Qu’a fait la Gauche en matière de solidarités ?

  • RIEN lorsque le Gouvernement a lancé des appels à projet auprès des Départements pour expérimenter de nouvelles formes de solidarités pour enrayer l’augmentation du chômage et lancer le RSA expérimental (2007-2008).
  • RIEN lorsque le Gouvernement a lancé le RSA généralisé : le Département de l’Essonne a été parmi les derniers à organiser la mise en place du RSA sur son territoire. On préfère assister que responsabiliser !
  • La Chambre Régionale des Comptes a émis un avis très réservé sur la gestion du RMI/ RSA par le Département depuis 2004.

Qu’a fait la Gauche en matière d’emploi ?

  • RIEN au moment des rapprochements entre les différents services chargés de lutter contre le chômage.

Qu’a fait la Gauche en matière économique ?

  • Absence de vision globale sur les objectifs pour l’Essonne en matière économique : faire une véritable analyse des besoins et des ressources de l’Essonne pour développer et soutenir les activités économiques qui pourraient donner à l’Essonne toute sa place dans la région capitale.
  • Pas de vision sur les atouts économiques des territoires.
  • Des entreprises qui ferment ou se déplacent sans intervention, soutien ou incitations de la part du département (Altis, Faurécia…).
  • Absence de contacts et de dialogue avec toute une partie de l’économie en Essonne (agriculteurs) qui n’ont jamais été reçus par le Président du Conseil Général.

Qu’a fait la Gauche pour le haut débit en Essonne ?

  • RIEN. Après avoir adopté un schéma départemental pour le haut débit en janvier 2008, juste avant les élections cantonales pour masquer son inaction dans le domaine, aucune action n’a été lancée, aucune réflexion.
  • RIEN. Après avoir présenté et retiré en séance un plan de résorption des zones d’ombre dans le sud Essonne en décembre 2009, le Département n’a pas répondu à l’appel à projet lancé par le Ministère des technologies numériques dans le cadre du grand emprunt visant à lutter contre les zones d’ombre en zone rurale.
  • RIEN. Il se contente de dire qu’il va lancer la mise en œuvre d’un schéma départemental d’aménagement numérique sans pour autant répondre au second appel à projet lancé par le Gouvernement.
  • RIEN. Les Communautés d’Agglomération (CAVO et Europe Essonne) sont obligées de se substituer au Département pour lancer leur aménagement numérique.

Ce que proposent les candidats d’Essonne Avenir :

Aider ceux qui n’ont pas les moyens de vivre en les aidant à retrouver un emploi :

  • Accompagner les personnes qui bénéficient des minima sociaux dans leurs parcours d’insertion et leur retour à l’emploi afin de leur permettre de vivre des revenus de leur travail (RSA).
  • Faire du Département le véritable chef de file en matière d’insertion comme le prévoit la loi.
  • Mettre en place de véritables solidarités pour ceux qui ont perdu leur emploi en leur proposant, en lien avec l’ensemble des acteurs de l’emploi et de la formation (Pôle Emploi, Chambre des Métiers, Chambre de Commerce, monde de l’entreprise, Région…) de véritables parcours de reconversion.
  • Aider ceux qui n’ont pas d’emploi ou qui ont un emploi à temps partiel pas suffisamment rémunérateur à trouver un emploi, c’est les aider à développer leur activité et non leur donner des aides supplémentaires. Nous sommes favorables à la responsabilisation par l’activité et non à l’assistanat par les aides.
  • Prévoir dans tous les marchés publics que lance le Département de réserver une « clause d’insertion » qui privilégie les entreprises qui ont une véritable politique d’insertion des personnes les plus fragiles.

Penser l’Essonne économique de demain :
L’avenir se construit aujourd’hui, on ne peut pas continuer à avoir une vision parcellaire de notre économie essonnienne sans tenir compte des grandes évolutions prévues au niveau régional (Grand Paris…) et au niveau national !
Nous lancerons une grande réflexion sur l’avenir économique de l’Essonne afin de définir avec nos partenaires économiques, institutionnels et sociaux les besoins et perspectives pour le Département.

Soutenir l’emploi et l’activité :

  • Diversifier les secteurs d’activités dans lesquels les Essonniens peuvent trouver un emploi. L’emploi en Essonne, ce n’est pas que de la main d’œuvre non qualifiée et de la recherche et de l’innovation, c’est l’ensemble des activités économiques.
  • Promouvoir les emplois de services à la personne (garde d’enfants, maintien à domicile des personnes âgées…), mais aussi les emplois d’insertion.
  • Soutenir le secteur de l’économie sociale et solidaire et le secteur coopératif qui associent économie et solidarité.

Favoriser la création d’entreprise et l’emploi :

  • Développer des partenariats efficaces avec les acteurs économiques (Chambre de Commerce et d’Industrie, d’Agriculture, des Métiers, syndicats…) pour soutenir les entreprises qui créent des emplois
  • Aider les créateurs d’entreprises dans la constitution de fonds propres et l’acquisition de parts sociales ou d’un fonds de commerce
  • Aider les commerçants et les entreprises en créant des plateformes de services

Agir en faveur des activités et commerces de proximité :

L’Essonne est un des départements où se sont installées les premières grandes surfaces (Carrefour à Sainte Geneviève-des-Bois), mais l’Essonne ne doit pas être uniquement maillée par les enseignes de la grande distribution. Les cœurs de villes ont besoin de commerces locaux qui associent proximité, qualité et coût maitrisé. Le Département doit permettre de soutenir ces commerces qui favorisent le lien social autant que l’emploi.

  • Soutenir les commerçants et les artisans avec des aides pour s’implanter
  • Soutenir les communes dans leurs projets de réaménagement de centre-ville (stationnement, aide au ravalement) pour pérenniser et stimuler le commerce local

  • Obtenir de l’Etat et de la Région, pour les secteurs de pointe et la recherche, pôle de compétitivité, des moyens financiers et techniques à la hauteur des enjeux.

  • Demander la suppression des aides aux entreprises qui délocalisent.

Proposer le haut débit pour tous :
Le haut débit est devenu un élément indispensable de notre paysage quotidien et permet de développer de nouvelles formes d’activités économiques.
L’absence de haut débit peut être un véritable frein à l’installation d’activités sur certains territoires.

  • Faire une analyse des besoins numériques du Département de façon à couvrir prioritairement les zones qui ne sont pas couvertes en fonction de leurs besoins économiques et des besoins des habitants, de façon à faciliter la vie de ceux qui y résident et l’implantation d’activités économiques.
  • Se porter candidats aux expérimentations lancées par le Gouvernement et par l’Union Européenne pour renforcer la couverture numérique de notre Département.
  • Développer et soutenir  les applications qui sont rendues possibles grâce au numérique pour dessiner de nouveaux services publics et de nouveaux services aux particuliers : développer le télétravail et développer les services à la personnes rendus possibles grâce au numérique (téléassistance pour les personnes âgées, télémédecine, télésurveillance ou vidéoprotection…).

Commentaires clos.