Newsletter

ChargementChargement


Un arc-en-ciel dans la nuit de Dominique LAPIERRE

Un arc-en-ciel dans la nuit de Dominique LAPIERRE

Un Arc en ciel dans la nuit LapierreBoers, les Afrikaners, ANC, Apartheid, Arc en ciel,….
Voilà l’histoire de l’Afrique du Sud depuis 1650 résumé par Dominique Lapierre.
Un livre très attachant.

Résumé :

6 avril 1652. Une poignée de jardiniers hollandais débarquent à l’extrême pointe sud de l’Afrique. Leur mission : faire pousser des salades pour les équipages de la puissante Compagnie des Indes Orientales d’Amsterdam décimés par le scorbut. Pas l’ombre d’une ambition de conquête coloniale dans cette aventure potagère.
Mais ces hommes, et les immigrants qui les rejoignent, défient bientôt les jungles infestées de bêtes sauvages et de mouches tsé-tsé pour s’enfoncer au cœur du continent. Ils vont y écrire le premier chapitre de l’histoire d’un pays qui n’existe pas encore : l’Afrique du Sud.
Persuadés par leur foi calviniste que Dieu les a élus pour régner sur le monde, ces premiers colons vont affronter les tribus noires, les chercheurs d’or et de diamants, les régiments à tunique rouge de la reine Victoria.
Une saga féroce, tumultueuse, héroïque, qui débouchera trois siècles plus tard sur l’une des plus grandes tragédies de l’Histoire : l’instauration par un petit peuple de quatre millions de Blancs d’un régime raciste qui fera des centaines de milliers de victimes noires.
Ce sera l’apartheid, une hideuse dictature à laquelle mettra fin, après vingt-sept ans d’emprisonnement, un géant de notre temps, Nelson Mandela. Avec la passion, la minutie, le talent qui ont fait le succès de ses grandes fresques historiques, Dominique Lapierre a mené trois ans d’enquête pour reconstituer l’épopée de ces femmes et de ces hommes anonymes ou célèbres, blancs ou noirs, européens ou africains, qui dans le sang et les larmes ont donné le jour à cette Afrique du Sud aujourd’hui devenue la ” Nation arc-en-ciel.”

 Critique :

Bernarrd Lehu RTL L’Afrique du Sud accueille la Coupe du Monde de football. C’est l’occasion de mieux connaître son histoire exce

Dominique Lapierre, sa vie, son Œuvre.

 

Fils de diplomate, Dominique Lapierre fait en 1948, à l’âge de dix-sept ans, une entrée remarquée dans le journalisme et l’édition en publiant un reportage pour «Le Monde» qui deviendra son premier livre et best-seller «Un dollar les mille kilomètres».

En 1954, au Shape où il fait son service militaire, il rencontre Larry Collins. Une amitié naît sous l’uniforme.

Après son service, Dominique Lapierre entre à «Paris Match» et couvre, pendant quinze ans, tous les points chauds du globe. Tokyo, Rio, le Congo, Moscou, New York, l’Algérie, les reportages de Dominique Lapierre racontent l’actualité contemporaine.

À Paris, où ils se retrouvent en 1960, Dominique Lapierre et Larry Collins décident de collaborer à la rédaction d’un grand événement franco-américain. Quatre années plus tard, paraît le premier best-seller de cette équipe littéraire, «Paris brûle-t-il?»

Viendront ensuite quatre autres succès internationaux, fruits de leurs enquêtes implacables: «Ou tu porteras mon deuil», «Ô Jérusalem», «Cette nuit la liberté», «Le Cinquième Cavalier».

En 1981, lors d’un séjour à Calcutta, Dominique Lapierre rencontre mère Teresa. Il lui propose de réaliser un film de fiction sur sa vie et son œuvre. Diffusé par toutes les télévisions mondiales, «mère Teresa « Au nom des pauvres de Dieu» sera vu par plus de cent millions de téléspectateurs.

Au cours d’une longue enquête, Dominique Lapierre découvre qu’il existe à Calcutta beaucoup d’apôtres et de saints comme mère Teresa. Il y plante le décor d’un nouveau livre, «La Cité de la joie».

De passage à New-York, Dominique Lapierre apprend que Mère Teresa ouvre, en plein coeur de Manhattan, un foyer destiné à accueillir les victimes du sida sans ressources. Il s’y précipite et découvre 6 petites soeurs indiennes semblables à celles qu’il a vu dans les léproseries et les mouroirs de Calcutta et dont les pensionnaires sont des détenus de Sing Sing, des toxicomanes noirs de Harlem, des habitués des lupanars “gay” voisins.

Cette découverte va catapulter l’écrivain au coeur d’une aventure humaine, médicale et scientifique unique – ce sera l’enquête de sa vie.

Pendant 3 ans, il va forcer la porte des laboratoires, reconstituer la formidable chasse au virus, revivre la course haletante pour la mise au point du premier médicament efficace contre le mal, être témoin du prodigieux élan de générosité et de compassion des soignants, du courage et de l’espérance des victimes.

« Plus Grand Que l’Amour » est un roman qui évoque la découverte du virus du sida au début des années 1980. C’est le récit de l’inlassable combat de tous ceux, médecins, chercheurs, soignants, victimes, qui se montrent chaque jour plus grands encore que l’amour dans l’accomplissement de leur vocation ou de l’acceptation de leurs souffrances.

C’est aussi l’histoire de dizaines de héros connus ou inconnus, du Professeur Montagnier et l’équipe de l’Institut Pasteur à la petite indienne de Benarès devenue l’infirmière des toxicomanes new-yorkais.

 

Source lecteurs.com, wikiédia, Parismatch

Seul

Un dollar les mille kilomètres, roman 1949

Chessman m’a dit, 1960

La Cité de la joie, 1985

Plus grands que l’amour, 1990

Mille soleil, 1997

Un arc-en-ciel dans la nuit, 2008

Avec Larry Collins

Paris brûle-t-il ?, récit, 1965

…Ou tu porteras mon deuil, récit, 1968

Ô Jérusalem, 1971

Cette nuit la liberté, récit sur l’indépendance des Indes, 1975 (ISBN 2266061399)

Le Cinquième Cavalier, récit, 1980

New York brûle-t-il ?, roman, 2004, (ISBN 2-7441-7404-1)

Avec Jean-Pierre Pedrazzini

Il était une fois l’URSS, 2005

Avec Javier Moro

Il était minuit cinq à Bhopal, récit, 2001

Autres

ptionnelle surtout quand elle nous est racontée par Dominique Lapierre dans “Un arc-en-ciel dans la nuit”

 

Commentaires clos.