Newsletter

ChargementChargement


“Cétait mon fils” Arnaud Beltrame

C’ÉTAIT MON FILS

C'était mon filsQui était le colonel Arnaud Beltrame, assassiné le 23 mars 2018 à Trèbes ?

Quelle force l’a conduit à accomplir un geste unanimement considéré comme héroïque ?

Des erreurs ont-elles été commises lors de l’intervention censée le libérer ?

« Arnaud ne s’est pas sacrifié, il a fait son devoir » ose dire Nicolle Beltrame, sa mère, qui nous raconte, à travers son enfance, sa carrière, l’histoire de son « petit Prince ».

Avec pudeur, détermination et une totale liberté de ton, elle n’évite aucun sujet.

Elle nous dit ce qu’elle pense de l’honneur, du sens du devoir, des valeurs de la France, mais aussi des peurs gouvernementales face au terrorisme, de la dérive de certaines religions.

Cette femme digne, sincère, interpelle le pouvoir. Et au-delà, tous les français. On partage sa peine mais aussi sa volonté de continuer à se battre.

Un témoignage exceptionnel dévoilant la série de renoncements qui ont abouti à la situation que nous connaissons.

LE MOT DE L’ÉDITEUR C’ÉTAIT MON FILS

Qui était le colonel Arnaud Beltrame, assassiné le 23 mars 2018 à Trèbes ?

Quelle force l’a conduit à accomplir un geste unanimement considéré comme héroïque ?

Des erreurs ont-elles été commises lors de l’intervention censée le libérer ?

« Arnaud ne s’est pas sacrifié, il a fait son devoir » ose dire Nicolle Beltrame, sa mère, qui nous raconte, à travers son enfance, sa carrière, l’histoire de son « petit Prince ».

Avec pudeur, détermination et une totale liberté de ton, elle n’évite aucun sujet.

Elle nous dit ce qu’elle pense de l’honneur, du sens du devoir, des valeurs de la France, mais aussi des peurs gouvernementales face au terrorisme, de la dérive de certaines religions.

Cette femme digne, sincère, interpelle le pouvoir. Et au-delà, tous les français. On partage sa peine mais aussi sa volonté de continuer à se battre.

Un témoignage exceptionnel dévoilant la série de renoncements qui ont abouti à la situation que nous connaissons.

RTL

Presque un an après les attentats de Trèbes, Nicole Beltrame, la mère du gendarme mort en héros le 23 mars 2018, vient d’écrire un livre retraçant la vie de son enfant. Elle s’est confiée à RTL.

 Le Parisien

Derrière la mère d’Arnaud Beltrame, mort dans un Super U au terme d’une prise d’otages sanglante le 23 mars 2018, il y a avant tout une femme au destin cabossé qui a perdu son enfant.

Un livre. Parce qu’Arnaud le lui a demandé. Arnaud Tousch de RTL. Il lui avait téléphoné, le soir de l’attentat, pour lui parler d’Arnaud, son petit prince, son fils. Ce vendredi 23 mars 2018, tous les journalistes tentaient désespérément de joindre Nicolle Beltrame, la mère du héros. Ils voulaient recueillir les premières déclarations des proches de celui qui s’était offert en otage au terroriste à la place de la caissière du Super U de Trèbes. Les chasseurs d’images n’arriveront que le lendemain à Trédion, devant sa petite maison de granit, dans le Morbihan. Nicolle Beltrame sera déjà partie.

Lorsqu’elle a décroché, ce soir-là, il y avait sur son répondeur plus de 75 messages en souffrance. Elle savait son fils hospitalisé à Carcassonne dans un état grave et se préparait à le rejoindre en voiture. Assise dans le silence de son jardin d’hiver, Nicolle s’est livrée au journaliste sans retenue. « Cela ne m’étonne pas de mon fils ! m’a-t-elle dit immédiatement », se souvient ce dernier…..

Elle veut expliquer son geste de bravoure

Avant de partir pour Carcassonne, la mère d’Arnaud glissera une robe et un manteau noir dans sa valise. Celui qu’elle porte en quittant la Bretagne est rouge. Ne jamais devancer le malheur. Mais s’y préparer et l’affronter lorsqu’il est là. Avec Maurice, ils prennent la route vers 1 heure du matin. Il est 5 heures, le couple approche de Bordeaux lorsque la femme qui avait répondu quelques heures plus tôt, Stéphanie, rappelle. « On a préféré que vous l’appreniez par nous… »

BIO EXPRESS

  • 28 juin 1949. Naissance de Nicolle, qui deviendra infirmière psychiatrique en 1972.
  • 27 mai 1971. Mariage avec Jean-François Beltrame, dont elle divorcera en 1993.
  • 18 avril 1973. Naissance d’Arnaud à Étampes (Essonne). Suivront Cédric, le 25 mai 1975, et Damien, le 10 juillet 1981.
  • 16 mars 2018. Inhumation de Jean-François Beltrame, disparu en mer.
  • 23 mars 2018. Attentat de Trèbes.
  • 27 mars 2018. Arnaud Beltrame est promu à titre exceptionnel et posthume au grade de colonel et cité à l’ordre de la Nation.

Objet : Question orale d’Arnaud BARROUX au conseil municipal de Bondoufle.

« Monsieur le Maire, un hommage national a été rendu, mercredi 28 mars dernier, au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Mort en héros, courageux, faisant preuve d’une bravoure exceptionnelle, celui qui refusa de s’incliner devant la terreur, la haine et l’obscurantisme restera gravé dans la mémoire des Français. Quoi de plus noble que de sacrifier sa vie pour en sauver une autre.

Au moment où les Français se sont retrouvés avec beaucoup de recueillement, Arnaud Beltrame est devenu l’étendard français de la résistance face à l’horreur et le symbole du refus de l’abdication.

Devoir de mémoire, cet acte de bravoure exceptionnel doit être honoré, encensé et reconnu, surtout en direction de notre jeunesse.

Pour honorer la mémoire d’Arnaud Beltrame né en Essonne (Châlo-Saint-Mars) et ayant vécu à Etampes, nous avons proposé au maire de baptiser une rue ou un édifice de la commune « Arnaud BELTRAME ».

Nous avons proposé la Rue de Villeroy, du Rond-point du cimetière au rond-point de l’imprimerie nationale..»

Commentaires clos.