Newsletter

ChargementChargement


Décoloniser les provinces, de Michel Onfray

Décoloniser les provinces, Contribution à toutes les présidentielles de Michel Onfray

Décoloniser les provinces OnfrayJe ne suis pas de gauche, cela se saurait, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre.

La participation citoyenne, l’évolution dans nos villes, premier échelon de notre strate étatique, vers une démocratie girondine, l’esprit libertaire et le partage citoyen aux proses de décision sont des odée novatrices que je partage.

 

Résumé

«Le centralisme qui fait de Paris la tête qui commande et des provinces un corps qui obéit a montré son inaptitude à incarner la démocratie qui reste formelle en ne produisant qu’une aristocratie d’élus insoucieux du peuple. […]

Je propose une révolution pacifique inspirée des Girondins de la Révolution française : redonner le pouvoir aux communautés, aux collectivités, aux régions, autrement dit : décoloniser les provinces. Le communalisme libertaire, les élections dans des parlements régionaux, l’autogestion sur le terrain sont seuls susceptibles de fournir des contre-pouvoirs efficaces à l’effondrement de la formule jacobine de la démocratie. La politique ne doit plus être une affaire de commettants qui délèguent mais de citoyens qui décident.»

Michel Onfray.

 

On en parle

Le philosophe français était l’invité de France 3, ce 11 avril, pour présenter son nouvel ouvrage. Décoloniser les provinces serait une forme de plaidoyer en faveur de la décentralisation. Mais plus encore, une tentative de se séparer des élites politiques – souvent en dehors des circuits normaux.

« L’Etat fait la loi, l’Etat, c’est Paris, et Paris, c’est une poignée de personnes dans chacun des domaines qui font la France. Je dis donc que, ce pouvoir que Paris inflige à la province, on doit finir avec ça, on doit pouvoir laisser la parole au peuple », explique Michel Onfray.

 « Il faut que le peuple se dise que finalement, on n’a pas besoin de ces représentants-là qui font carrière dans la politique, qui font métier de la politique : ils ne travaillent pas la plupart du temps, et qu’on puisse rendre au peuple le pouvoir en partant du communalisme libertaire : il faut redonner un vrai pouvoir aux mairies, un vrai pouvoir aux départements, repenser la question de la région en terme de parlement, penser l’État aussi de manière libertaire », assure-t-il.

 

Le Point Michel Onfray : son plaidoyer pour les provinces

Dans “Décoloniser les provinces” (L’Observatoire), le philosophe plaide pour les régions contre le jacobinisme parisien hérité de la Révolution.

Michel Onfray creuse son sillon libertaire. Démasquant la violence refoulée de l’histoire de France, il dénonce la « flaque de sang répandue par les robespierristes » dans laquelle nous vivons toujours. Ce crime originel, c’est celui des Jacobins, qui ont coupé la tête aux Girondins et à leur proposition de confier le pouvoir au peuple et aux provinces. La Commune réprimée impitoyablement, le référendum sur les régions de 1969 savonné par Pompidou et Giscard d’Estaing, la rébellion de l’usine Lipp étouffée dans l’œuf, l’histoire de la gauche écrite par les marxistes contre les proudhoniens.

 

L’Express : Michel Onfray vent debout contre la centralisation. Dans un pamphlet jouissif, le philosophe met en joue les jacobins, coupables d’avoir aliéné les provinces à Paris. Il vante cette utopie concrète, la France girondine, celle du “communalisme”.

Commentaires clos.