Newsletter

ChargementChargement


RG : Ce que je n'ai pas dit dans mes carnets... - Yves BERTRAND

Ce que je n'ai pas dit dans mes carnetsRG : Ce que je n’ai pas dit dans mes carnets… – Yves BERTRAND avec Frédéric Ploquin.

Un livre qui résume les mémoires du dernier directeur des Renseignements Généraux.

A la tête de ce service durant douze ans, après y avoir effectué toute sa carrière (1972-2004), sa longévité –style Edgar Hoover patron du FBI de 1924 à 1972 – a beaucoup interrogée voire intriguée.

Ses entretiens avec le grand reporter Frédéric Ploquin apportent un début de réponse.

Résumé

 « J’ai toujours eu un faible pour les petites portes : c’est ma façon d’accéder aux grandes. » Ainsi s’exprime dans ces Mémoires à vif le dernier directeur des Renseignements généraux (RG). Douze ans durant à la tête de ce service mythique, Yves Bertrand a été sèchement démis de ses fonctions par Nicolas Sarkozy. À l’automne 2008, la saisie par la justice de ses carnets de notes personnels l’a précipité au cœur du scandale. Homme le mieux renseigné de France la veille encore, il s’est soudain retrouvé au cœur d’une véritable tornade médiatique.  Dans ces entretiens, Yves Bertrand révèle ce qu’il n’a pas écrit dans ses carnets. Il évoque Nicolas Sarkozy, son pire détracteur, Jacques Chirac, qu’il a servi, Charles Pasqua, qui s’est servi de lui, Lionel Jospin, qui le trouvait diabolique. Il revient sur tout ce qui faisait son quotidien aux RG : l’argent des politiques, les frasques du show-biz, la vie privée des personnalités, la chasse aux scoops des journalistes, et tous les coups bas qui rythment depuis trente ans la vie politique française.  On entre dans ce livre par la petite porte et on y accède aux grands secrets de ce pays.

Yves Bertrand, né en 1944, affecté aux RG en 1972, a dirigé ce service de 1992 à janvier 2004.

Frédéric Ploquin, grand reporter à Marianne, est l’auteur de nombreux livres sur la police, le renseignement et le grand banditisme. Il vient de publier aux éditions Fayard la trilogie Parrains & Caïds

 

 

Commentaires clos.