Newsletter

ChargementChargement


Sous le même toit

sous le meme toitSous le même toit

Le point fort de ce film se résume par son casting où Dominique Farrugia réunit la charmante Louise Bourgoin et le prometteur Gilles Lellouche. 60 % des couples divorcés à Paris sont obligés de vivre sous le même toit. De là à réussir une grande comédie ….

SYNOPSIS: 

Delphine et Yvan sont d’accord pour divorcer. Même Violette et Lucas, leurs deux enfants, semblent accepter la situation. Tout devrait donc bien se passer. Mais Yvan connaît des difficultés financières. Etant propriétaire de 20% de l’appartement dans lequel est installée son ex-femme, il estime normal de pouvoir en profiter. Il emménage donc à nouveau avec Delphine. Dès lors, les choses se compliquent terriblement entre eux. Delphine juge en effet son ex-mari envahissant. Elle propose donc de séparer l’espace dans le réfrigérateur, mais également les temps d’occupation de la salle de bain. Yvan, de son côté, n’entend pas se laisser faire.

 Revue de presse: 

«Dommage que l’affiche tapageuse du film Sous le même toit laisse présager un navet. Car il n’en est rien.» annonce le Figaro. Le film de Dominique Farrugia, qui en est à son sixième long-métrage comique, se porte très bien, notamment grâce à un duo d’acteur efficace. «Louise Bourgoin s’avère piquante en “wonderwoman” décidée à rester célibataire. […] Gilles Lellouche, lui, montre qu’il peut être très drôle notamment quand il découvre l’existence des tâches ménagères.» commente Le Figaro.

Mais Sous le même toit aborde un sujet social important. Selon une étude de l’INSEE publiée en 2015 le niveau de vie des femmes comme celui des hommes diminue après une séparation. «Cette colocation forcée et atypique sonne vraie tant la situation que vivent les personnages est actuelle» explique RTL. Dominique Farrugia avait confié dans de nombreuses interviews s’être inspiré des déboires d’un ami pour faire son film

 

Bien plus critiques les Inrocks n’ont pas du tout apprécié le moment passé devant le film «[Le film] se fiche un peu de ce qu’il raconte: tout ce qui l’intéresse, c’est de s’assurer une enfilade de gags, souffrant d’une cruelle panne d’inspiration».

Une vision qui s’oppose à celle du journaliste de Télérama qui trouve «que Sous le même toit est aussi nimbé d’une douce mélancolie sur les rêves de jeunesse qu’il est difficile de renier.»

Commentaires clos.