Newsletter

ChargementChargement


A propos de... la contribution des entreprises au financement des infrastructures de transports

A Paris, seuls 2 % des emplois et   3 % des habitants ne sont pas desservis par un réseau ferré à 400 mètres.
En grande couronne, ce sont 70 % des emplois et 79 % des habitants.
Les transports en commun sont 4 fois moins utilisés par les habitants de la grande couronne que par les Parisiens.

C’est la raison pour laquelle le financement des transports publics par les entreprises dépend de leur implantation. Les entreprises de Paris et des Hauts-de-Seine versent pour les transports publics une participation de 2,6 % de leur masse salariale. Celles des autres départements de la petite couronne 1,7 % et celles de la grande couronne 1,4 %.

Ce système est juste.

Pourtant, la majorité de gauche de la Région veut le remettre en cause. Lors du Conseil d’Administration  du STIF du 4 octobre dernier, elle a purement et simplement proposé de faire payer les entreprises de la grande couronne le même taux que celui de Paris. Cela reviendrait à faire payer par la grande couronne les infrastructures de transports en commun de Paris et de la petite couronne, ce qui serait un comble !

Les conséquences de cette décision seraient lourdes.
Voici un tableau qui indique pour chaque département la participation actuelle et l’augmentation envisagée : 

Département Versement transport actuel en M€ Versement transport avec un taux de 2.6 % en M€ Augmentation
Seine et Marne 125 232 + 107millions d’euros
Yvelines 214 398 + 184 millions d’euros
Essonne 146 272 + 126 millions d’euros
Val d’Oise 129 240 + 117 millions d’euros

Avec ce système, la grande couronne paierait 534 millions d’euros par an en plus ; la petite couronne 255 millions d’euros…. Et Paris et les Hauts-de-Seine, rien du tout.

Cette augmentation de 86 % est totalement irresponsable. Elle a pourtant été votée par la majorité de gauche, le Président de la Région Jean-Paul Huchon en tête.

Cette décision, au-delà de son impact pour les entreprises, aurait des conséquences dramatiques pour l’emploi.

Aujourd’hui déjà, Paris et les Hauts-de-Seine comptent 30 % des habitants et 45 % des emplois alors que les départements de la grande couronne ont un taux d’emploi de 0,75, ce qui signifie que pour 100 actifs il n’y a que 75 emplois. Or,  si les entreprises participaient de la même manière au financement, celles-ci auraient naturellement intérêt à s’installer là ou les services publics fonctionnent bien et sont nombreux.

Cette disposition votée par la gauche aurait donc pour conséquence de ruiner tous les efforts consistant à rapprocher l’emploi de l’habitat en assurant le développement économique de la grande couronne… et donc à engorger davantage les infrastructures des transports publics !

 

François DUROVRAY
Conseiller Régional d’Ile-de-France
Conseiller Municipal de Montgeron

BP 40 – 91230 MONTGERON – tel: 01 69 52 59 17
Site internet: www.durovray.fr

Commentaires clos.