Newsletter

ChargementChargement


Une Rencontre

les seules histoires éternelles sont celles qui ne commencent jamais

J’allais voir ce film avec des a priori sur un remake des vieux clichés des infidélités éternelles filmé sous l’angle nouveau d’un kaléidoscope moderne.

En réalité, le film s’emballe vite sur une première version où nos héros même s’ils consomment leur amour et les conséquences de l’adultères– crise et divorces- revient à la première scène pour nous offrir une vision plus raisonnable.

Le spectateur est délicieusement  transporté entre le réel et le fantasme d’une relation extra conjugale,  parfois  perdu entre la tentation et la sauvegarde de la famille pour   finalement être agréablement surpris

La prouesse de ce film est de ne pas donner un choix mais plusieurs possibilités pour l’issue de cette rencontre

Dans La Rencontre, Sophie Marceau  est sublime, radieuse, belle, François Cluzet est débordant de charme et de sincérité. Le jeu d’acteurs entre les deux opère parfaitement pour …. vivre une expérience quantique de l’amour…

Elsa écrivain, et Pierre avocat, se croisent lors de la soirée de clôture d’un salon du livre : un regard, un briquet qui change de mains, des rires un peu trop nerveux, le frémissement d’une histoire possible…
Une rencontre ?
Sauf que la vie de Pierre, c’est d’abord sa famille : ses enfants et Anne (Lisa Azuelos), sa femme depuis quinze ans, celle qui l’aimera toujours, et qu’il aimera toujours, en dépit de la routine et du temps qui passe, il le sait.
Elsa, de son côté, se reconstruit peu à peu suite à un divorce compliqué, se partageant entre l’écriture, ses ados qui grandissent trop vite, ses amies et une histoire légère comme l’air avec Hugo, son jeune amant. Pour elle, l’homme marié est un tabou et même pire : une erreur.
Pourtant… Dès le premier regard, la rencontre de Pierre et Elsa s’inscrit dans une temporalité différente, comme si présent et futur possible se dédoublaient, s’entrechoquaient… jusqu’à créer une réalité où tout serait possible.

Commentaires clos.