Newsletter

ChargementChargement


Budget : maîtriser la dépense publique

Christine Lagarde et François Baroin prévoient une économie de 40 milliards d’euros pour 2011.

Au programme : maîtrise de la dépense publique et accompagnement de la reprise de l’activité.

Construit dans un contexte de reprise économique, le projet de loi de finance 2011 participe à la stabilisation de notre déficit public, défend le financement de notre système de solidarité et met notre système fiscal au service de l’économie et de la croissance.

Premier objectif : réduire les dépenses fiscales plutôt que d’augmenter de manière généralisée les impôts. C’est le but de la suppression de certaines niches fiscales et sociales et du rabotage de 22 autres. Cet effort participera à hauteur de 10 milliards d’euros à la politique d’économie nécessaire à la stabilisation de notre déficit.

Ces mesures fiscales sont associées à l’effort sans précédent inhérent à la maîtrise des dépenses notamment via une diminution de 5% des dépenses de fonctionnement et d’intervention, ainsi que la poursuite du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Une combinaison qui permet de prévoir un déficit de 92 milliards d’euros en 2011, en diminution de 60 milliards d’euros par rapport à la prévision pour 2010.

Si le budget 2011 demande une participation conjointe et équilibrée des ménages et des entreprises, il permet surtout de défendre les publics les plus fragiles avec la préservation du revenu de solidarité active ainsi que de l’ensemble des autres minimas sociaux financés par le budget de l’Etat.

Il entend par ailleurs poursuivre les réformes structurelles engagées depuis 2007 pour mettre notre système fiscal au service de l’économie et de la croissance. Ainsi, afin de préparer l’avenir, le texte prévoit une progression du budget de la recherche. De même universités et opérateurs de recherche seront exonérés de toute suppression d’emplois.

La fin du plan de relance et la mise en action du programme d’investissement d’avenir de 35 milliards d’euros, sont autant d’atouts qui permettent de rester positif quant au retour à l’équilibre à partir de l’année prochaine.

Commentaires clos.